Femmes scientifiques #3 – Hypatie d’Alexandrie

Bonjour à tous! Aujourd’hui, portrait d’une femme plus connue que celles présentées dans les précédents articles : Hypatie d’Alexandrie, dont le film Agora, sorti en 2009, raconte la vie.

    Malheureusement pour nous, la documentation sur la vie Hypatie est très réduite. Hypatie (ou Ύπατία en grec) née, selon les sources, à Alexandrie entre 355 et 370 après J-C, était une mathématicienne et philosophe grecque.

      Fille du mathématicien Théon d’Alexandrie, célèbre professeur au Musée d’Alexandrie, elle est initiée par son père aux mathématiques et à la philosophie et fait ses études à Athènes, sous la tutelle d’Asclépigénie, maître de philosophie. Elle revient ensuite à Alexandrie et dirige, aux alentours de l’an 400, l’Ecole néoplatonicienne d’Alexandrie, où elle enseigne les préceptes de Platon et Aristote à des disciples issus des couches aisées et cultivées de la société alexandrine.

    Malgré sa beauté exceptionnelle, elle restera vierge toute sa vie. Son genre de vie présente des traits qui tiennent pourtant de l’impudeur des cyniques. Elle parcourt les rues d’Alexandrie en proposant son enseignement philosophique et éteint l’amour trop passionné d’un disciple en lui montrant les linges tachés de son flux menstruel.

     Elle meurt assassinée par les chrétiens en 415 : Hypatie rentre chez elle ; elle est agressée devant sa porte par une horde de moines fanatisés sous la conduite d’un certain Pierre, lecteur de l’église d’Alexandrie. Ceux-ci la traînent dans une église (le kaisareion, ancien lieu du culte impérial, transformé en église) où ils la mettent à nu et l’écorchent vive avec des tessons ou des coquillages ; son corps est ensuite démembré et brûlé sur une colline proche. Cette fin tragique est souvent évoquée dans la littérature moderne comme exemple des méfaits de l’intolérance religieuse., peut-être dû à son enseignement païen et à son attachement à la tradition culturelle de l’hellénisme.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une réflexion au sujet de « Femmes scientifiques #3 – Hypatie d’Alexandrie »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s