Femmes de lettres #2 – Olympe de Gouges

Bonjour à tous ! Aujourd’hui, et après un mois d’absence (je sais c’est long), je vous laisse découvrir le destin d’une grande féministe : Olympe de Gouges

    « Quelles que soient les barrières que l’on vous oppose, il est en votre pouvoir de vous en affranchir ; vous n’avez qu’à le vouloir. ». Cette phrase vous dit sûrement quelque chose. Elle a été prononcée par une certaine Olympe de Gouges, que l’on considère aujourd’hui comme l’une des premières féministes.

De son vrai nom Marie Gouzes, elle naît en mai 1748 à Montauban. Issue d’une famille modeste, elle affirme pourtant être la fille illégitime du poète Lefranc de Pompignan.

En 1765, à l’âge de 17 ans, elle se marie avec Louis-Yves Aubry, l’officier de bouche de l’Intendant, de 30 ans son aîné. Le couple aura un enfant quelques mois plus tard, mais Louis-Yves meurt peu de temps après. Ainsi veuve, elle se remarie avec un entrepreneur et part s’installer avec lui à Paris. Pour autant, elle est contre le mariage car il représente « le tombeau de la confiance et de l’amour ». Elle y préférera un contrat social entre l’homme et le femme, contrat que l’on connaît aujourd’hui sous le nom de Pacs, introduit dans la société française en 1999.

Elle prend le pseudonyme de Olympe de Gouges, composé à partir du prénom de sa mère et de son nom de famille, et commence à fréquenter des écrivains et intellectuels tels que Condorcet ou Collot d’Herbois, adversaires des préjugés à l’égard des femmes.

A son arrivée à Paris, elle est vite introduite auprès des Comédiens des Français et devient une femme de lettres à partir de 1780 en publiant des romans et des pièces de théâtre. Elle y dénonce par exemple l’esclavage des Noirs, thème tabou à l’époque, dans la pièce Zamore et Mirza ou l’heureux naufrage. La pièce est d’ailleurs interdite de représentation par le maire de Paris. Avec cette pièce, elle signe ainsi l’engagement qu’elle prendra toute sa vie, celui de se battre pour l’égalité de tous.

Olympe de Gouges en avance sur son temps. Durant la Révolution Française, l’Assemblée Constituante écrit la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen, déclaration qui exclut les femmes des droits de cité. Elle décide, en septembre 1791, de poser les fondements du féminisme et publie les Droits de la femme et de la citoyenne, dans laquelle elle défend l’émancipation des femmes et une égalité totale et inconditionnelle entre les deux sexes. Le premier article en témoigne d’ailleurs très bien l’idée :

e6fe78bc5b33b16f1d48ce97c0c57c32

Cette déclaration est malheureusement vaine puisqu’il faudra attendre 1945 pour qu’une femme vote et puisse « monter à la tribune ».

Elle se déclare également avocate du citoyen Louis Capet (le roi Louis XVI) dont les révolutionnaires veulent la tête pour 24 sous. « Mon ami, je mets la pièce de 30 sous et je vous demande la préférence. » lance-t-elle. Cette phrase ne sauve pas la tête du roi, qui tombe le 21 janvier 1793.Elle prend ensuite le parti des Girondins et publie contre Marat et Robespierre durant le régime de la Terreur.

Le 20 janvier 1793, elle placarde ses affiches avec l’intitulé « Les trois urnes ou le salut de la patrie » , où elle demande le droit au référendum pour que les Français choisissent leur prochain gouvernement. Elle est arrêtée, et est accusée de remettre en cause le principe républicain. Le tribunal révolutionnaire se réunit le 2 novembre 1793. Elle est condamnée à mort et guillotinée le 3 novembre 1793. Elle déclare en montant à l’échafaud ces derniers mots : « Enfants de la patrie, vous vengerez ma mort ! « .

2 réflexions au sujet de « Femmes de lettres #2 – Olympe de Gouges »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s